NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER
Vu 92043 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION
DRESSEUR D'ANIMAUX

Mammifères marins, fauves, oiseaux de proie, mais aussi animaux domestiques, sauvages ou de ferme, tous sont capables de réaliser des prouesses sous la direction du dresseur d'animaux. Un métier passion qui n'offre que de très rares débouchés dans les zoos, les cirques, les centres de loisirs aquatiques ou les productions cinématographiques et audiovisuelles.

Je m’appelle Nicolas Gély, je suis dresseur animalier depuis 10 ans. On ne naît pas dresseur animalier, on le devient. C’est une histoire d’expérience. C’est sur le terrain qu’on apprend cette relation avec l’animal, qu’on échange des choses, c’est dans ce sens là que c’est un métier passionnant. C’est un milieu extrêmement vaste. On peut partir du milieu du spectacle, le dressage qui peut se faire dans les cirques. En passant par le cinéma. Et puis il y a comme pratique ici désensibiliser le public, l’informer sur des espèces menacées aujourd’hui via de la présentation en vol d’oiseaux comme des rapaces ou encore des perroquets. On est beaucoup plus amené à être soigneur que dresseur. Alors pour ce qui est du nourrissage de l’animal c’est vraiment tous les jours. C’est 7 jours sur 7 qui faut être attentif à son régime alimentaire, les soins vétérinaires qui peuvent être occasionnels, mais parfois aussi de longue durée pour des traitements plus lourds. C’est être tous les jours dans les locaux de l’animal, à nettoyer, à passer le jet, à désinfecter tout son milieu de vie de façon à ce qu’il soit dans les meilleures conditions possibles. C’est au détriment de week-ends passés chez soi parce qu’on est à faire le spectacle. On présente ses animaux tout au long de la semaine y compris les week-ends. On a parfois l’impression de passer à côté de quelque chose, mais d’un autre côté, on a toujours un animal qu’est là, à la limite qu’est bien là, ça rééquilibre un peu la balance que de retourner le voir, retourner à ses côtés. On peut pas travailler avec un animal si on n’est déjà pas sur de soi. Il faut être sensible au ressenti de l’animal, il faut être sensible à notre environnement, aimer la nature, aimer les animaux et pour daigner travailler avec eux. Il faut être passionné pour avoir la patience. Dresseur animalier nécessite d’avoir ce rôle d’animateur lorsqu’on est amené à faire des spectacles ou des démonstrations en vol. Mais on est également pédagogue dans le sens où l’on délivre des informations qui doivent être justes. Et puis, faut veiller en même temps à la sécurité. Faire évoluer une otarie, un ours devant du public nécessite des consignes strictes et il faut être extrêmement attentif aux moindres faits et gestes de son animal comme des réactions du public. Pour être dresseur animalier, il n’y a pas de diplôme clé en main. La grande porte, si je puis dire, passer par des centres de formation au métier de soigneur animalier qui vont dégrossir, vous apprendre à soigner, à entretenir tous types d’animaux confondus. C’est pas forcément sorti d’école qu’on devient dresseur animalier d’autant que les places sont extrêmement chères du fait qu’elles sont très peu nombreuses. Le métier, à mes yeux, il est stressant. Il est envoûtant parce qu’on apprend énormément de choses au contact de l’animal et c’est magique. Humble parce qu’on travaille à hauteur de l’animal, on doit rester à son niveau. Et puis, il est enrichissant, enrichissant au possible.

TOUTES LES VIDÉOS   MÉTIERS   ÉTUDES   ITINÉRAIRES  
Tri : alpha date vues note
OK
AUCUNE VIDÉO NE CORRESPOND A CES CRITÈRES